Menu Fermer

Les 4 notions de mécanique de base à connaître pour devenir pilote automobile

Si tu veux être pilote automobile, tu dois connaître un minimum de notions en mécanique rien que pour comprendre pourquoi la voiture se comporte de telle ou telle manière.

Ces notions n’ont rien d’officiel, ni d’exhaustif. Mais il faut bien commencer quelque part. N’hésites pas à laisser un commentaire en bas si jamais tu veux rajouter quelque chose ou vois des erreurs, je corrigerai l’article. En tous cas c’est un article important à lire avant de se lancer dans Les 7 techniques de base à connaître pour être pilote automobile.
Sans plus attendre :

Mécanique basique d’une voiture
  1. Le moteur
  2. L’embrayage
  3. La transmission
  4. Le différentiel

1. Le moteur

On ne va pas trop s’éterniser dessus, le but n’est pas de savoir remplacer tes joins de culasse par toi-même, mais juste comprendre comment marche le moteur.

Très très basiquement, t’as des soupapes pour envoyer un mélange d’essence et air dans les cylindres moteur et évacuer les gaz d’échappement, des pistons qui viennent comprimer le mélange essence/air et des bougies pour faire exploser le mélange. C’est la répétition de ce cycle qui « crée » la puissance pour faire tourner les roues motrices.
Les pistons sont tous attachés au vilebrequin, qui lui-même est relié au volant moteur (le gros disque juste en dessous ;)).

2. L’embrayage

Premièrement, un système d’embrayage ça ressemble à ça :

  • À droite on retrouve le « volant moteur« , il tourne toujours à la même vitesse que le moteur (une modification rapide et pas trop cher est d’installer un volant moteur allégé).
  • Au milieu on a le « disque d’embrayage« , il est relié aux roues (quand t’as un rapport de vitesse enclenchée) et son rôle est de rentrer en friction avec le volant moteur. C’est lui qui transmet la puissance du moteur aux roues (il existe des disques d’embrayage de course, ils accrochent beaucoup plus fort et tiennent des plus grosses températures).
  • À gauche se trouve le « plateau de pression » qui est boulonné au volant moteur, son rôle est de pousser le disque d’embrayage contre le volant moteur pour les faire rentrer en friction.



Deuxièmement faut qu’on soit d’accord sur 2 choses :
Débrayer c’est le fait d’appuyer sur la pédale d’embrayage, ça va déconnecter les roues du moteur.
Embrayer c’est le fait de lâcher la pédale d’embrayage, ça va connecter les roues au moteur.

Plus précisément :
– Quand tu débrayes, le plateau de pression va se décoller du disque d’embrayage.
– Et quand tu embrayes le plateau va venir pousser le disque d’embrayage contre le volant moteur.

Les petits ressors présents sur le disque d’embrayage sont là pour rendre plus souple le transfert de puissance à la transmission, ils vont amortir les mouvements indésirables.

3. La transmission

On va voir ici une transmission manuelle parce que les automatiques ça nous intéresse moins et c’est pas foutu pareil. Pour transmettre la puissance du moteur aux roues à travers l’embrayage, on utilise justement une transmission. Elle est constituée d’engrenages de différentes tailles pour transmettre la puissance des vitesses différentes. On a l’arbre d’entrée qui relie le moteur à la transmission, et l’arbre de sortie qui relie la transmission aux roues (« drive shaft » en anglais comme sur le gif du bas). L’arbre d’entrée tourne à la même vitesse que le moteur (tant que tu est embrayé), et l’arbre de sortie tourne à la même vitesse que les roues. Donc ces deux arbres ne tournent pas forcément à la même vitesse, mais doivent trouver un moyen pour communiquer. C’est pour ça qu’on parle de rapports de vitesse : c’est la VITESSE à laquelle tourne l’arbre d’entrée par RAPPORT à la VITESSE de l’arbre de sortie. Les mécaniciens et les pilotes échangent souvent aussi sur les « ratios » des rapports. Un ratio de 2:1 ça veut dire que l’arbre d’entrée devra faire 2 tours pour que la sortie en fasse 1.

Transmission de voiture

Pour vous donner une idée, voici les rapports de vitesse d’une Mazda 3 de 120ch :

  • 1re : 3,363
  • 2è : 1,947
  • 3è : 1,300
  • 4è : 1,029
  • 5è : 0,837
  • 6è : 0,680

Donc en 1re, l’arbre d’entrée devra faire un peu plus de 3 tours pour que l’arbre de sortie en fasse 1, en 6è l’entrée devra tourner de moitié environ pour que la sortie fasse 1 tour. C’est le même principe que les vitesses de ton vélo, plus tu montes de vitesse, moins tu vas faire de tours avec les pédales, mais plus la roue arrière va tourner vite. Et c’est plus facile de faire tourner une petite roue pour entraîner une grande roue que l’inverse. C’est justement la taille des engrenages qui font varier le rapport, et il existe une infinité de tailles. Donc selon la puissance du moteur, le poids de la voiture, le type de course (rallye, circuit, drift) et les type de virages (peu de lignes droites, peu de virages, plus de virages serrés que de longs…) : tu seras amené à modifier tes rapports de vitesse pour avoir des rapports plus courts par exemple si tu es sur un petit circuit avec pleins de petits virages, ou plus longs si tu as beaucoup de grosses lignes droites.

Passage de vitesses transmission


Pour ce qui est de ce qui se passe dans la transmission lors du passage des rapports de vitesse, c’est un peu complexe. Mais en gros t’as des sélecteurs qui se baladent d’engrenage à engrenage pour sélectionner le bon rapport.






Synchronisation des engrenages avec la vitesse du moteur


Une chose intéressante à connaître en tant que pilote sont les synchroniseurs : c’est grâce à eux que tu peux enclencher un rapport sans avoir à faire tourner le moteur à la bonne vitesse par toi-même (et sans que ça fasse ce sale bruit métallique de 2 engrenages qui sont en train de se manger). Mais les synchros ne sont pas présents sur les voitures plus anciennes, c’est pourquoi la technique du double débrayage est importante à connaitre pour piloter une vieille voiture sans casser la transmission. Ne t’embêtes pas à essayer de comprendre le détail du fonctionnement des synchroniseurs ou de la transmission, retiens juste à quoi ils servent, ça suffira pour commencer.

4. Le différentiel

Distance parcourue par les roues en virage

Un différentiel ça sert à faire tourner une roue à une vitesse différente que celle d’en face. Quand tu tournes, les roues intérieures au virage vont parcourir moins de distance et tourner moins vite que les roues extérieures. Ça serait dangereux de synchroniser les roues arrières à la même vitesse (la voiture partirait plus facilement en sur-virage). Comme en Drift ! Le but EST de partir en sur-virage le plus facilement possible, les différentiels sont donc bloqués, voir soudés pour que la voiture glisse le plus facilement possible !

Il y a aussi une histoire de ratios dans les différentiels mais là on rentre dans des calculs encore plus balaises que pour la transmission. À part le fait de faire tourner 2 roues à des vitesses différentes, retiens qu’un différentiel de course permet de régler l’écart de vitesse maximum que tu autorises entre les 2 roues.

Voilà ! T’as des bonnes petites bases en mécanique maintenant. Tu vas pouvoir mieux comprendre ta voiture quand tu roules et devenir LE MEILLEUR PILOTE DE TOUS LES TEMPS MOUAHAHAHAH. Bon, reste juste à choisir un type de course, connaître ses règlementations, acheter une voiture, la préparer, apprendre toutes les bonnes techniques, t’entraîner, t’inscrire à une course et gagner. Mais si tu as lu et compris cet article, bravo ! Ça te fait une étape de moins et tu viens de te rapprocher un peu plus de la victoire !

Alors vas lire mon article sur tous les types de courses officielles en France pour en choisir une, Brigand !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *